Article 2 - Accessoiriser sa chemise d'exception

Une fois votre chemise d’exception acquise, vous pouvez toujours la sublimer et y imprégner votre style. C’est alors qu’entrent en jeu les accessoires qui vous permettront d’ajuster la tonalité de votre tenue et d’affirmer votre identité.

PRÉAMBULE : INÉVITABLE CRAVATE… 

Les moeurs et la mode évoluant de concert, le port de la cravate constitue souvent l’épicentre de débats houleux. Mais à l’heure où elle est tout sauf obligatoire, intéressons nous à son rôle sur vos tenues et votre style.

« La seule utilité réelle de la cravate, c’est qu’on la retire, sitôt rentré chez soi, pour se donner l’impression d’être libéré de quelque chose, mais on ne sait pas de quoi. » écrivait Benard Werber dans La Révolution des Fourmis ; le fruit de décennies d’aliénation autour du port de la cravate, de sa pseudo utilité sociale et de son image d’accomplissement dans la vie d’un homme. L’obligation de son port ayant presque totalement disparue, on assiste à un retour de l’intérêt premier de cet accessoire : l’esthétique. La pression écrasante entourant cet objet s’effaçant peu à peu, les hommes se lâchent, lui donnent un souffle inédit, restituant la place qu’elle mérite dans les tenues et le style de chacun.

Nous choisissons en effet cet accessoire en préambule, car en plus de sa vertu symbolique, elle véhicule un message propre à tous les accessoires qui sublimeront vos chemises d’exception : il ne faut jamais en porter par obligation. L’idée est de simplement laisser votre instinct et vos envies définir votre style, sans quoi le fardeau d’un accessoire non désiré se fera ressentir et dégradera vos tenues. Ainsi, si l’on accepte qu’il n’est pas nécessaire de porter une cravate pour être crédible, ou justifier d’un certain niveau de compétences lors d’un entretien d’embauche, on comprend son infinie portée esthétique. Les accessoires constituent un immense potentiel d’expression, et non un dogme contraignant qui nous bride et nous étouffe.

La Cravate dans les détails

Notre entrée en matière étant faite, nous allons rapidement nous intéresser à la cravate, bien qu’elle soit un peu à part parmi tous les accessoires. Elle est intimement liée à la chemise, mais influence par sa présence une tenue toute entière.

Quelle matière ?

Leur choix esthétique étant (vous l’aurez compris à présent !) purement personnel, certains détails techniques devront cependant retenir votre attention. Pour ce qui est de la matière, prohibez immédiatement les synthétiques et intéressez vous uniquement aux tissus de qualité. La soie premièrement, qui est reine lorsque l’on parle de cravate, pour sa douceur et sa brillance. Le cachemire, plus rare, pourra vous intéresser pour son toucher particulièrement agréable. Plus originaux dans la texture et très présents aujourd’hui, la laine et le tricot ont également un style singulier qui ne manquera pas d’élargir votre palette de choix.

Cravates en soie, en grenadine
Cravates en laine et en tricot

Largeur, plis, triplure… Que choisir ?

La matière étant maintenant choisie, aventurons nous un peu plus loin dans les détails. Tout d’abord concernant la largeur, nous vous conseillons d’opter pour 8 centimètres au minimum. Une largeur trop fine ne vous permettra pas de réaliser un beau noeud, ce qui déséquilibrera votre tenue. Votre cravate se retrouve alors étouffée par votre col et éventuellement par vos revers de veste. Cette largeur, relativement standard pour mettre en valeur toutes les morphologies, pourra être dépassée pour s’adapter aux proportions de vos revers, ou simplement à votre largeur d’épaules. Une seule règle d’or : toujours essayer !

Lorsque l’on s’intéresse aux cravates, une notion apparaît inévitablement : les plis. Il existe des cravates « 3 plis », « 5 plis », « 7 plis » et parfois plus encore. Comme son nom l’indique, il s’agit du nombre de fois où la matière est repliée sur elle-même lors de la confection. Lorsque vous essayez une cravate soyez particulièrement attentifs à sa tenue. Une cravate 7 plis nécessitant une plus grande quantité de matière qu’une cravate 3 plis lors de sa confection, elle bénéficiera d’une meilleure tenue. Afin de garantir une structure suffisante à une 3 plis, le fabricant va donc être amené à utiliser de la triplure pour renforcer « l’ossature » de la cravate. Vous trouverez également des cravates doublés ou non, influençant la légèreté de l’accessoire sans pour autant constituer un élément déterminant de son choix. 

Cravate à doublure bleue

Quelques soient vos préférences, votre attention doit être fixée sur la bonne tenue de votre cravate lors de l’essayage. Lorsque certains préféreront la légèreté d’une 7 plis en soie sans doublure ni triplure, vous opterez peut-être pour une 3 plis en laine doublée et triplée ! Le meilleur moyen reste d’explorer son vaste univers, nous vous proposons un zoom détaillé dans notre article autour de l’Harmonie des tenues. Il abordera plus en détail les couleurs, les motifs, et bien sûr les noeuds.

 

 

Les Bretelles

Bien plus rares et confidentielles que la cravate, les bretelles n’en sont pas moins un accessoire de style redoutable. Elles ont en plus le mérite d’être fonctionnelles, contrairement à la cravate qui n’est que purement esthétique.

Il va sans dire qu’il est impératif d’accorder vos bretelles au reste de votre tenue. Bien qu’il n’était pas de bon goût de les rendre visibles autrefois en Angleterre, elles ont plus tendance à être aujourd’hui mises en avant lorsqu’elles sont portées.

Bretelles à boutons avec pattes d'attache

Taille & Forme

Toujours dans une optique de prestance et d’harmonie, nous vous recommandons de ne pas choisir des bretelles trop fines. Si vous souhaitez sublimer votre tenue, optez pour une largeur d’au moins 3,5 centimètres. Une fois ce choix effectué, vous pourrez vous orienter vers une forme, à savoir « X » ou « Y ». Comme leur nom l’indique, les bretelles en X se croisent au centre du dos et disposent de 4 points d’attache sur votre pantalon, ce qui confère une meilleure tenue. Néanmoins, si vous avez les épaules larges, nous vous invitons à vous diriger vers les bretelles en Y pour ne pas brider votre aisance. Nous vous conseillons, lorsque vous optez pour ces dernières, de les porter avec un pantalon à pattes de serrage.

Un véritable accessoire de style

Autrefois simplement considérées comme un sous vêtement, utiles pour tenir le pantalon mais à ne surtout pas mettre en avant, les bretelles sont aujourd’hui un atout chic. Une seule règle ne doit néanmoins pas être oubliée : ne jamais porter des bretelles avec une ceinture. Non seulement ces deux accessoires ont la même utilité, mais il est visuellement désagréable de surcharger ainsi sa tenue. Évitez également de porter des bretelles sur un pantalon ayant des passants de ceinture, l’écueil étant similaire.

Enfin, au niveau de l’attache, nous vous recommandons de laisser de côté les bretelles à pinces. Certes plus pratiques car pouvant se positionner sur tous vos pantalons, elles ne sont pas en accord avec le port de votre chemise d’exception. Il ne vous reste plus qu’à coudre ou faire coudre vos boutons sur vos pantalons si ce n’est pas déjà fait. Ceux-ci peuvent-être au choix cousus à l’intérieur comme à l’extérieur, nous vous conseillons de tester afin de définir vos préférences. Traditionnellement, et pour apporter un peu de discrétion à un accessoire particulièrement visible, les boutons sont cousus à l’intérieur. 

 

 

 

Les Bijoux de Chemise

Thème qui nous tient particulièrement à coeur chez Claude, bénéficiant d’une profondeur de gamme aujourd’hui peu exploitée, l’univers des bijoux de chemise n’en est pas moins essentiel.

Les Boutons de Manchette

Boutons classiques à rivet

Accessoire indispensable du vestiaire masculin, ils viennent attacher et serrer les manchettes des poignets mousquetaires. Aux formes multiples, discrets ou ostentatoires, ils donnent également le ton de votre tenue et pourront s’accorder à vos autres bijoux.

Chain cufflinks, pour deux faces identiques

Afin de ne pas refaire l’exposé d’un objet que vous connaissez certainement déjà, nous avons pour vous réalisé un choix tranché quant au type de bouton à privilégier pour flatter vos chemises d’exception. Quasi-essentiellement fermés à l’aide de têtes pivotantes, il est aujourd’hui beaucoup plus rare de trouver des boutons de manchette aux deux faces identiques, pourtant nettement plus distingués. Tantôt fabriqués en une seule pièce (tout comme nos tiges de fermeture de cols), tantôt reliés par une petite chaîne (on parle alors de « chain cufflinks » en anglais) les deux faces identiques assurent quoi qu’il arrive un certain raffinement à votre tenue.

 

 

 

La Pince à Cravate

Au même titre que les bretelles, la pince à cravate revêt une importance avant tout fonctionnelle. Bien qu’elle ne soit pas obligatoire, elle maintient parfaitement votre cravate contre votre chemise et évite ses déplacements non maitrisés. Passé le côté pratique, la pince peut également mettre en valeur votre chemise et votre look tout entier, en respectant ici aussi quelques principes.

Pratique, la pince peut s'avérer très discrète

Il existe différent types de pinces, comme les chaînes et les épingles au look résolument rétro. Elles permettent de donner plus de jeu à la cravate qu’une pince classique, au détriment parfois de son aspect pratique. Quoi que vous décidiez à ce niveau, n’oubliez jamais que votre pince de se porter à l’horizontale, au risque de rapidement déséquilibrer votre tenue.

Métal classique ou finitions colorées... à vous de voir !

Une fois attachée à votre chemise, elle doit en terme de taille prendre environ les trois quarts de la largeur de votre cravate, et ne jamais être aussi (voire plus) large qu’elle. Pour ce qui est de la hauteur, ne la positionnez jamais au dessus du troisième bouton (sans quoi vous perdrez son utilité pratique) ni en dessous du quatrième (sans quoi vous perdrez son esthétisme).

Pince à cravate trop haute
Pince à cravate trop basse

La Tige de Fermeture

Tige de fermeture

Très rare de nos jours, accessoire dont nous sommes particulièrement fiers chez Claude, la tige de fermeture (stud en anglais) vient combler avec élégance l’absence du dernier bouton, permettant l’interchangeabilité des cols. Autrefois, ce sont deux tiges qui étaient nécessaires (à l’avant et à l’arrière), mais l’attache au niveau de la nuque est aujourd’hui remplacée par un bouton classique, afin de faciliter son utilisation quotidienne.   

Résolument discrète (vient se positionner derrière la cravate lorsque celle-ci est portée), elle peut être mise en avant lorsque la chemise est portée fermée sans col, ou col fermé sans cravate. Comme évoqué plus haut, il est recommandé de l’accorder avec ses autres bijoux afin d’amener une certaine cohérence à votre tenue. 

Tige de fermeture

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés